"Proposer aux professionnels de disposer d'un lieu d'élaboration de ce qu'ils engagent dans la relation aux usagers, comme de ce qui se joue entre collègues au sein de l'équipe et de l'institution" (J. Rouzel, Psychanalyste)

 

L'analyse de la pratique, la régulation d'équipe et la supervision individuelle professionnelles

 

Parce que la psychanalyse ne se réduit pas à une théorie à appliquer, elle peut faire sens pour le travail social. Il ne s'agit pas pour elle d'énoncer une vérité que les professionnels pourraient utiliser mais plutôt de faire découvrir un art de l'écoute (de la vérité subjective) visant à comprendre ce qui se joue dans la relation à l'autre. 

 

Quel que soit le type d’intervention choisie, ces instances ont pour objectifs de :

-fédérer les membres d’une équipe autour des choix d’accompagnement des bénéficiaires

-questionner la cohérence et la pertinence des pratiques

-chercher à s’enrichir de nouvelles compétences et de façons de faire

-apporter de la théorie pour repérer les (en)jeux psychiques relationnels (transferts et contre-transferts) et prendre la distance nécessaire

 

Dans ce but, je peux proposer des analyses de la pratique et régulations dont la durée et la fréquence est à définir avec l’institution.

 

Quelque soit l'instance proposée, les règles de confidentialité et de bienveillance (de non-jugement) sont clairement posées dès le départ, auxquelles je demande aux participants également de respecter. L'objectif étant que chaque professionnel se sente suffisamment en confiance au sein du groupe pour libérer sa parole.

 

Pour se rendre mieux compte de ce dont une équipe d’une institution ou un professionnel en libéral aurait besoin, voici les instances qui peuvent être proposées et leur différence:

 

L'analyse de la pratique d'équipe professionnelle:

 

Même s'il existe différentes approches d'APP, dans tous les cas, elle est une méthode de compréhension d'une situation vécue et qui vise à en améliorer le résultat:

 

  • "C’est une démarche finalisée: elle vise la construction de l’identité professionnelle, la professionnalisation, c’est une démarche de formation,
  • C’est une démarche groupale: un membre du groupe expose sa pratique et avec l’aide de ses pairs tente d’élucider sa pratique, de lui donner du sens,
  • C’est une démarche accompagnée: le formateur, qui est un expert, est là pour donner des cadres de lecture de la situation, fournir des repères théoriques qui permettent de comprendre la situation. Par contre, il n’est pas là pour donner des solutions ou des recettes,
  • C’est une démarche instrumentée par des savoirs, outils d’analyse: ces savoirs ont 4 dimensions: « une dimension instrumentale (formaliser la pratique […]), une dimension heuristique (ouvrent des pistes de réflexion […]), une dimension de problématisation (aident à poser les problèmes […]) et une dimension de changement (permettent la création de nouvelles représentations […]) », 

  • C’est une démarche et un lieu d’articulation pratique-théorie-pratique : elle part toujours de pratiques vécues apportées par le groupe. Les pairs questionnent, proposent des pistes d’analyse, l’accompagnateur apporte des savoirs théoriques qui deviennent des outils de lecture, de compréhension. Mais ce qui prime, c’est la parole des membres du groupe."

 

Cette définition de l'APP est extraite de l'article d'Anne Marie Lagadec, intitulé "L'analyse des pratiques professionnelles comme moyen de développement des compétences: ancrage théorique, processus à l'oeuvre et limites de ces dispositifs" que je vous invite à lire avec intérêt car il tente de définir la nature même de l'APP, ses différentes approches mais aussi ses limites (que vous pouvez trouver sur ce lien: https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2009-2-page-4.htm).

 

Le groupe APP peut être composé de professionnels de même disciplines ou différentes (pluridisciplinaire). Lorsque la composition du groupe est variée, les expériences de ses membres peuvent être une riche ouverture à des façons d'être et de penser différentes.

 

Parce qu'il n'est pas aisé de favoriser l'approche collective, qu'elle soit réflexive (centrée sur la construction de l'identité professionnelle) ou clinique (centrée sur la personne professionnelle), et pour chacun des participants, de "lâcher prise" pour évoquer des situations complexes et ses difficultés à pouvoir les résoudre, il est recommandé des groupes en petit nombre.

 

Les expériences en animation d'APP démontrent bien souvent qu'un nombre trop important de participants ne permet pas toujours des échanges de qualité. Chacun des professionnels doit pouvoir s'autoriser à se laisser déstabiliser en toute sécurité dans son rapport au savoir (savoir théorique, savoir-être, savoir-faire) sur(avec) le bénéficiaire et/ou avec ses collègues. Ce n'est pas une tâche aisée quand l'équipe est trop nombreuse. Les sujets évoqués, dans ce type de cas, peuvent rester bien trop souvent "en surface", peu approfondis, souvent répétitifs, des fois abstraits, ne permettant pas à chacun des professionnels participants de se saisir de suffisamment d'éléments signifiants pour leur permettre ensuite de s'en servir ou de les concrétiser  sur le terrain. 

 

Enfin pour faciliter l'accès à la parole chez chacun des participants et favoriser les interactions, il est possible d'utiliser en complément de la méthode interrogative (libre association d'idées, questionnements, analyse des situations) , celle plus active dite "expérientielle" (mises en situation, jeux de rôle). Cette dernière, peut être intéressante pour inviter chacun des participants à s'impliquer davantage dans ce travail d'analyse et à se prendre rapidement au "jeu" individuellement à évoquer leurs expériences, même les plus complexes.

 

La régulation d'équipe professionnelle :

 

l’idée est de partir du repérage d'un conflit répété ou d'une coopération difficile entre membres d’une même équipe, dans certains cas, entre membres d’une équipe de professionnels et une hiérarchie, ou autre...Elle a pour visée de restaurer la capacité à travailler ensemble. Cette instance a pour objectif de développer les compétences psycho-sociales de chacun des participants et de les renforcer au mieux. Elle fait référence à des méthodes de communication (non violente, écoute active...) permettant de créer les conditions les plus favorables possibles de relations de qualité (y compris dans la relation avec soi-même!).

 

La supervision professionnelle individuelle peut être proposée au sein de mon cabinet à tout professionnel exerçant en institution ou en libéral dans la relation d'aide. Cet espace est proposé au professionnel pour analyser sur ce qu’il met en jeu (dans ses transferts et contre-transferts) en tant que personne dans sa relation et pratique avec les usagers mais aussi dans celles avec ses collègues, sa hiérarchie, ses partenaires...

 

Cette démarche individuelle est d'autant plus importante pour des libéraux (travailleurs sociaux, thérapeutes, professions médicales, para-médicales ....) car l'absence de cadre institutionnel ou d'équipe peut limiter ou rendre difficile leur pratique.

 

Ces instances groupales concernent les travailleurs sociaux (éducateurs spécialisés, moniteurs éducateurs, assistants sociaux, animateurs socio-culturels, éducateurs de jeunes enfants, techniciens de l'intervention sociale et familiale...), les intervenants à domicile des services à la personne (assistantes de vie, auxiliaires de vie...), les professions médicales et para-médicales (médecins, infirmiers, ergothérapeutes, orthophonistes,...) ou sanitaires et sociales (aides médico-psychologiques, aides soignants, ...) exerçant en institution en faveur d'une prévention des risques psycho-sociaux inhérents à leurs métiers. Elles se déroulent au sein même de l'institution.